La Boudeuse 2010 – En attendant Puerto la Cruz

D’après Terre – Océan, le navire à quitté Paramaribo (Surinam) samedi dernier et a essuyé plusieurs grains réduisant sa course depuis 2 jours. Franceschi espère atterrir le 14 Mai prochain au Venezuela.

Des détails sur le séjour au Surinam … et un peu de confort pour l’équipage ? Rendez-vous sur le blog Renfro Au Bout du Monde.

Paramaribo par Richard Renfro

Imaginons qui sont les 5 robustes ayant boudé l’hôtel …

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Premier Bilan et suite …

***************

La Boudeuse en route pour le Vénézuela et le fleuve Orénoque, Terre – Océan, 08-04-2010
En mer …, Terre – Océan, 10-04-2010
Prélude au départ et les iles du Salut, Renfro Au Bout du Monde, 07-04-2010,
Des iles du Salut à Paramaribo, Renfro Au Bout du Monde, 05-04-2010
Séjour à Paramaribo, Renfro Au Bout du Monde, 07-04-2010
De Nouvelles Aventures, Renfro Au Bout du Monde, 07-04-2010
La mascottish a trouvé de l’ombre devant la cathédrale, Renfro Au Bout du Monde, 07-04-2010

On n’est pas à une bêtise près …

Les Gens sont fous.

Les plaisirs de la voile …

Une cuillère … rien de plus anodin qu’une petite cuillère.
Pourtant à l’instant où mon regard se pose sur elle, ce matin, mon esprit bondit 17 années en arrière – Oh … tant que ça ?? –

“L’Escale”, où il fait bon poser son sac après une séance de cata débridée, est le repère de moniteurs ambrés. Comme dans la plupart des tanières de mecs de cet âge, l’Esprit Frappeur a élu domicile … Mais il y a l’ambiance …

Les récits de navigation, les paris à la con qui finissent en planche à voile au beau milieu de la nuit, du rhum - déjà … ! – et pour certains du rire qui se fume, constituent l’atmosphère récurrente.

Mick Butler (Champion du Monde – Hobie 16)

Convivial auprès des stagiaires, le clan n’est pas particulièrement sympathique aux nouveaux venus, tant qu’ils n’ont pas fait leurs preuves. Les caractères sont forts et la virilité s’exprime, mettant au défi les bleus comme pour une phase initiatique.
Ça passe ou ça casse.

Mais à l’intérieur de la meute, les liens sont denses, la solidarité est de cours et, aussi libres soient-ils, règne le respect de l’âge après celui du talent.
Quant aux différents, ils se règlent sur l’eau …

Et puis entre plage, barbecue et soirée en boite, il y a les filles de l’été … jeunes fleurs bleues, se donnant des airs de bomba, fascinées par la carrure de ces mecs aux mèches décolorées par le sel et le soleil. Prestige de la fonction !
Beaucoup passeront mais peu d’entre elles resteront toute une saison …

Le cliché n’est presque pas exagéré. ;)

Pour rien au monde, ne manquer la navigation à l’heure où la plage se déserte !
Peu importe la météo, peu importe l’état de la mer, peu importe le support, acharnée, à s’entrainer … même lessivée, Capsicum les yeux fermés reconnaîtrait, le style de ‘son équipier’ au trap’, entre mille !

Mais le mystère de l’été restera entier …
Où sont passées les petites cuillères de “L’Escale” ?

Wint’Air Tour 10

Juste pour le frais …

Cyril Planton

Les pontons sont bondés de rêveurs réalistes …

Le cliquetis d’un winch, la promesse d’un départ arrêtent ma main sur la télécommande …

L’appel du large, un documentaire de Véronique Veber
découvrent 3 familles mues par le même projet.

Il va falloir faire quelque chose avant d’être complètement à la mode !!

La Boudeuse 2010 – Premier Bilan et suite …

Réponse à question … Aujourd’hui, le 3 mats est arrêté jusqu’au 8 Mai au Surinam comme l’annonce Terre – Océan : La Boudeuse en escale à Paramaribo au Surinam.

Richard nous fait vivre ses quarts et l’arrivée à Paramaribo : Iles du salut- Paramaribo Arrivée à Paramaribo le 4 mai prévue vers 15h. dans un style simple et détaillé. J’apprécie.

Votre Capsicum est passé à coté de ce long texte de synthèse Fin de la mission Amazonie française pour la Boudeuse signé Amaury Bironneau (Administrateur du bord de La Boudeuse), pour la page “Environnement” de la BNP Paribas.

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Parmi les garimpeiros

****************

La Boudeuse en escale à Paramaribo au Surinam., Terre – Océan, 05-05-2010
Fin de la mission Amazonie française pour la Boudeuse, www.pourunmondequichange.com, 14-04-2010
Iles du salut- Paramaribo Arrivée à Paramaribo le 4 mai prévue vers 15h, Renfro Au Bout du Monde, 05-05-2010

Stefan Zweig

Celui qui n’est pas passionné devient tout au plus un pédagogue ; c’est toujours par l’intérieur qu’il faut aller aux choses, toujours, toujours en partant de la passion.

La Confusion des sentiments (1927)
Stefan Zweig

Lucky … Ewa Wisnierska !

L’incroyable mésaventure de cette championne revient sur le devant de la scène depuis que le documentaire Miracle dans le Ciel est passé sur France 5. (Premier épisode d’une série de documentaires s’interrogeant sur le survie humaine en conditions extrêmes – à suivre Miracle dans le Désert et Miracle dans la Jungle.)

En 2007, lors d’un entrainement à une épreuve du Championnat du Monde à Manilla en Australie, elle est aspirée à près de 9.946 mètres, ‘altitude enregistrée par son GPS.
Si vous lisez l’allemand (à défaut, y’a toujours Google !), Ewa Wisnierska raconte l’épisode dans cet article de DHV !

Le miracle … est que – contrairement à He Zhongpin (membre de l’équipe chinoise) qui a été frappé par la foudre – … elle redescend vivante !

Même “physically fit”, aucun être humain n’a survécu aussi longtemps à cette altitude, sans même de graves séquelles.

La Baraka ne l’a pas lâchée !
Les instruments n’auraient-ils pas pu se planter, soumis à de telles conditions ?

Retrouvez le docu sur Paragliding Channel ou attendez les prochaines diffusions sur France 5 : Mercredi 05 Mai 2010 – 15:44 / Dimanche 16 Mai 2010 – 23:16 / Jeudi 20 Mai 2010 – 10:14

Remember He Zhongpin.

**************

Ewa Wisnierska, Site officiel

Raymond Depardon n°2

The photographer is filled with doubt. Nothing will soothe him.

Haro sur Le Champagne !

C’est à la mode de bouder ce vin de chardonnay, pinot noir et pinot meunier constellé de bulles …

Ils sont de plus en plus nombreux à me dire : “le champagne est très surfait et l’excellence usurpée” ou “ce n’est pas plus agréable à déguster qu’un vieux whisky” et encore ” les bulles me font mal à la tête”, quand ce n’est pas “la vérité, c’est que le champagne ce n’est pas bon !”.

Si passé 50 ans, on ose à peine bouder l’aura du fameux vin de méthode champenoise, pour exprimer n’avoir aucun plaisir à le déguster, ce sont les plus jeunes qui affirment haut et fort leur désintérêt pour cette boisson surannée, doublement fermentée.

A bubbly toast … –  Michaelab311

Au fur et à mesure des années, le champagne s’est probablement un peu monté la tête ! Du coup, il a basculé dans le désuet à force de monopole …
L’AOC ne fait pas tout et les producteurs ont vu reculer l’exportation de près de 40% en 2009, suite à “la crise”. Même si on annonce une reprise, le marché français fait toujours grise mine.
Il serait temps de séduire la jeune génération.

Car qui dit région de champagne, ne dit pas panacée !

Beaucoup de champagnes abordables sont verts, ultra-pétillants, arrachant le palais et la langue … Ce sont eux qui détruisent la renommée.

Le champagne d’excellence est délicat et élégant, regorgeant de saveurs subtilement assemblées et chapelées de bulles raffinées.

De nos jours, le champagne est victime de son succès … On l’a rendu abordable à tous, en boudant les principes mêmes qui en faisait un délice. Vendre la quantité à défaut de la qualité, bernant des palais non éduqués qui ne s’y font plus prendre … et le boudent.

Alors plutôt que de le sortir à toute occasion, sous couvert de pseudo bonne affaire, pourquoi ne pas tenté l’exceptionnelle aventure d’un Grand Champagne  ?

Ainsi vous saurez … ainsi vous gouterez … ainsi vous jugerez … de ce qu’est … Le Champagne.

Attention … ne faites pas dire à Capsicum que plus c’est cher et meilleur c’est !

Certaines grandes maisons ont aussi leurs déclassés, malgré tout étiquetés. Mais c’est en ayant dégusté de très bons champagnes qu’il est plus simple de reconnaitre la virtuosité au milieu des champagnes de petits producteurs !

S’il n’y en avait qu’un … ce serait la douceur et la saveur intemporelle d’un Ruinart (ni actions, ni sponsor ;) ).

Et par pitié … oubliez le cocktail de champagne !
Un vrai champagne se suffit à lui même.

« Je ne peux vivre sans Champagne, en cas de victoire, je le mérite ; en cas de défaite, j’en ai besoin. »

Napoléon Bonaparte

 

La Boudeuse 2010 – Parmi les garimpeiros

Jody Amiet signe 40 images (?? 15 au 18 Avril 2010) lors d’une mission des membres de l’équipage de La Boudeuse (A. Bironneau, P. Franceschi, N. Franceschi, P. Le Cann, M. Nommay, V. Labadie) auprès d’orpailleurs clandestins.

Voilà qui vient compléter l’album Terre-Océan sur le sujet.

En route mer pour la suite … La Boudeuse en route pour l’Orénoque et le Vénézuela … et escale au Surinam demain ou pas ?

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Images d’Avril …

************

La Boudeuse – Avril 2010 – AFP
La Boudeuse en route pour l’Orénoque et le Vénézuela, Terre-Océan, 03-05-2010
Interlude au Surinam…, Renfro Au Bout du Monde, 03-05-2010

Derrière mes rideaux … La Mongolie !

Rationalcraft.com

Antoine de Saint-Exupéry n°16

Une fois pris dans l’événement, les hommes ne s’en effraient plus. Seul l’inconnu épouvante les hommes.

Terre des hommesAntoine de Saint Exupéry

La Boudeuse 2010 – Images d’Avril …

Parmi ces 3 nouveaux albums faisant la part belle à la faune de Guyane et illustrant parfaitement le Journal de bord n°14 de Cyril Millet, je retiens la seule photographie noir&blanc (4/21), suggérant prévoyance et prudence aux abords des orpailleurs clandestins …

Curieuse de savoir comment ils ont établi le contact et la confiance.

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Journal du Doc n°1 / La Boudeuse 2010 – Journal de Bord n°14

***************

Guyane. Mission naturaliste Pointe Béhague, avril 2010. Photos La Boudeuse / N. Franceschi
Guyane. Mission naturaliste Montagnes de l’Observatoire, avril 2010. Photos La Boudeuse / N. Franceschi
Guyane. Mission chercheurs d’or clandestins, avril 2010. Photos La Boudeuse / N. Franceschi

Saint Urbain …

… 2008

La Boudeuse 2010 – Journal du Doc n°1

Renfro est enfin à poste, à bord de La Boudeuse, avec sa mascottish Peter Piper !

Richard Renfro en uniforme ;)

Capsicum est curieuse de voir comment vont évoluer les écrits du Doc au cours de sa mission et surtout au fur et à mesure de son adhésion à “la cause”.
Alors que la com’ de La Boudeuse fait fit des détails pour se concentrer sur l’essentiel, en toute logique, voilà une chance de découvrir le mode de fonctionnement interne de l’ aventure.

Pour exemple, il lève enfin le voile sur “le mystère insignifiant de la marinière”, qui portait à croire que l’uniforme est revêtu à toute heure et en toute circonstance. Capsicum était au bord de s’imaginer que les jours de lessive, les voiles étaient remplacées par les rayures à sécher …

De précision du programme à venir (WE de représentation, Paramaribo au Surinam, ile de Margarita avant d’atteindre le Venezuela) en détails sur le règlement intérieur et les habitudes locales de l’équipage, voilà comme une promesse de cerner un peu mieux les contraintes, les réalités, les exaltations et la psychologie d’une telle entreprise.

Et lui … un Doc certes mais un Doc d’Exploration à l’image de Ségolène Château ??

A suivre !

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Journal de Bord n°14


****************

à bord, enfin!, Renfro Au Bout du Monde, 29-04-2010
Dans le port de Pariacabo, Renfro Au Bout du Monde, 30-04-2010

Mon grenier Bordelais

Saxophone et guitare sous les toits du 23 rue Bouffard …

A cailler en hiver, à crever en été caniculaire, ma peau garde le souvenir du vent printanier s’engouffrant par la rue des antiquaires.

La nuit aux heures feutrées égraine le temps plus lentement pour goutter au délice d’une toute fraiche liberté … avoir le temps mais pas d’heure.
De jour, il y a les bus et leurs arrêts choisis aléatoirement, dans le seul but d’explorer les coins et les recoins ; en capturer l’essence, un reflex à la main.
Entre chien et loup, se faufiler à vélo jusque dans les caves, en se jouant des tranchées du tram, pour un concert au Port de la Lune.

Nicolas Messyasz -” les vents girondins ” –
10 Novembre 2004 – Bordeaux (33) Quinconces

Tap Dance sur les marches du Musée d’Aquitaine … il y a des cours sacrés … qu’on ne manquerait pour rien au monde !
Diners aux terrasses populaires, mais privées, à refaire la vie  Down Under, avec les copains de là-bas. Restes de conversations agitées … depuis lors, les sujets politiques sont proscrits et les compères éparpillés.
De toiles resquillées au son rock des verres partagés, l’espoir de rendre le monde meilleur s’est cristallisé … là !

Au fin fond, une certitude … la Vie est à Nous !

Sans le sous mais pleins de ressources, nous creuserons notre propre sillon … Virtuoses de l’improvisation qui transfigureront leurs riens en art !

Et bien, y’a encore du boulot … :)

Bernard, David, Mireille et les autres …

Vie privée, Vie publique, l’hebdo, Vendredi 30 Avril 2010, 22h55, France 3.

A Méditer ;)

Promis, j’vais arrêter de vous donner le programme TV !!

CIE Lab en Black & White

Ce matin, un bleu de phtalo éclaté à terre,
A midi, du jaune Ral 1028, un peu trop sensible,
Ce soir, un blanc poussiéreux qui voit le ΔL en négatif.

Comme un préférence pour le Noir & Blanc, du coup !

N’importe qui n°8 – Hockey


par Rémi Gaillard

… Méditation … Encore

Depuis le temps qu’Ange m’affirme qu’il est possible de “ne penser à rien”;)

L’expérience de Gil & Maria au Nepal Vipassana Center va bien plus loin encore !

A lire aussi : Méditer

************

Maria: VIPASSANA, une prison qui libère ?
Gil: VIPASSANA, 10 jours en prison…

Luminance au Clair-obscur …

Esprit baroque regorgeant d’errances.

Les libérer sur la toile … mais ligne après ligne l’incohérence prédomine. Impossible de formuler les préoccupations, les espoirs, sans écorcher leurs sens, sans amoindrir l’essence qui les tient en vie.
L’absurdité de l’écriture trouve alors toute sa dimension quand après avoir appauvri les réflexions par la transcription, les propos sont détournés par le lecteur qui y cherche sa propre vérité.

Quelques satisfactions restent à fleur d’eau par l’attention discrète de ceux qui font, qui créent ou qui voyagent. Magie de la toile qui permet au quidam de converser avec les intouchables.
Alors que l’épistolier lambda puise l’étincelle – qui manque à sa propre impulsion – dans les accomplissements de ses « guides » … que produit-il, qu’apporte-t-il en échange, lui ?

Les livres s’entassent, l’agenda s’engorge, les responsabilités se densifient, anesthésiant la perception des couleurs. Emportée par le rythme effréné, la fantaisie s’abandonne à la raison et l’inspiration se contente de vivre à l’état de projet.
Surtout ne pas mépriser le quotidien qui recèle d’instants passionnants pour peu qu’on y prête attention et saupoudre extravagance et sensibilité.

Mais au fond … compromis et égoïsme n’ont de choix que de cohabiter sous le patronage d’une vigilance sans faille, sous peine d’y perdre sa liberté …

… et donc son âme. ;)

 

Montesquieu

Comme dans les démocraties le peuple paraît à peu près faire ce qu’il veut, on a mis la liberté dans ces sortes de gouvernements, et on a confondu le pouvoir du peuple avec la liberté du peuple.

Il est vrai que dans les démocraties le peuple paraît faire ce qu’il veut ; mais la liberté politique ne consiste point à faire ce que l’on veut. Dans un État, c’est-à-dire dans une société où il y a des lois, la liberté ne peut consister qu’à pouvoir faire ce que l’on doit vouloir, et à n’être point contraint de faire ce que l’on ne doit pas vouloir.

Il faut se mettre dans l’esprit ce que c’est que l’indépendance, et ce que c’est que la liberté. La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent ; et si un citoyen pouvait faire ce qu’elles défendent, il n’aurait plus de liberté, parce que les autres auraient tout de même ce pouvoir.

Montesquieu

La Boudeuse 2010 – Journal de Bord n°14

Cyril Millet, intendant-cuisinier du bord est de retour en Guyane !

Mais alors les équipiers faisaient-ils la popote …
à tour de rôle, pendant son absence ?

Sa prose précise, abondante et truffée de digressions culinaires expose dans Journal de bord N° 014 rendez-vous manqué avec les orpailleurs clandestins, reconnaissance d’une passe vers l’embouchure de la “Crique Vieille”, faune dans cette moiteur vaseuse et recherche de batraciens et de serpents lors de laquelle il rencontre mygales, nid de guêpes et chauve-souris.

” (…) Ce retour de nuit s’effectue à la lampe frontale, ce qui nous permets de suivre le sentier dans la jungle tout en réfléchissant sa lumière sur les yeux de nombreuses bestioles. Une fois la nuit noire bien installé, je me retrouve encerclé de paires d’yeux immobiles, essentiellement des araignées, reconnaissables à la clarté bleuâtre et scintillante de leur multiples yeux, tandis que ceux des grenouilles, plus gros, diffusent un orange plus terne, à ras du sol. (…) “

Hormis les moustiques, il parait s’être bien aguerri depuis ses émerveillements nautiques (La Boudeuse 2009 – Journal de Bord n°4)

Merci de ce long récit qui exprime avec détails
la vie des équipes lors des expéditions.

Et puis, il y a cet article publié hier dans Les Echos Mal de mer, mode d’emploi … – en consultation payante – qui aborde la Jonque et le 3 Mats La Boudeuse !

Mais c’est tout ce que je sais !

Précédemment : La Boudeuse 2010 – Journal d’un “Mousse” n°7

*************

Journal de bord N° 014, Terre-Océan, 28-04-2010
Mal de mer, mode d’emploi, LesEchos.com, 27-04-2010

Tendance “Etudiante attardée” !

Mon royaume pour une sieste …

… dès 7h50 du matin !!!