Skip to content

Asphyxie

Quand on étouffe entre 4 murs, où les meubles sont trop encombrants, où trop d’objets inutiles s’entassent, où les placards débordent et les fenêtres sont trop petites.
Quand son nouveau bureau est désespérément sombre et bruyant.

Quand on a pris l’habitude de parcourir des kilomètres à pied à travers le désert, la steppe, les forêts de mélèzes et que d’un seul coup il faut fournir du rendement, rendre des comptes …

Comme l’impression que l’avion ne m’a pas laissé le temps de rassembler tout mon être … qui, au demeurant, s’évadait déjà avant !

Je ne porte d’ailleurs aucun intérêt à la diabolique lucarne depuis 5 jours que je suis rentrée …

… trop de moments à revivre, de souvenirs à trier intérieurement,
d’images à graver sur ma pupille.

Published inAu fil des jours...Mongolie

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 038 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image