Skip to content

Le Miracle de l’Everest

Voilà un mec qui a eu de la chance …

Antoine Bonfils, journaliste passionné d’alpinisme prend la tête d’une expédition sur l’Everest en Septembre 2008, pour ramener des images pour Sciences X et des données médicales pour les cardiologues du sport.

Ce miraculé, privé de nourriture et sans aucun équipement pendant plus de 4 jours à 6.000 mètres, témoigne de son aventure, sur RTL (29-10-08) et dans son blog Les chemins de l’extrême.

Namché-Bazar

L’enfer : « Il a été pris, vendredi 17 octobre, dans une avalanche qui a soufflé toute son équipe, à 7500 m. Tous les membres de l’expédition ont été blessés. Le sherpa d’Antoine des côtes fêlées, Leonardo aurait mentalement régressé (il se retrouverait à un âge mental de 10 ans). Antoine, pour sa part, s’est peut-être blessé l’épaule lors de cette avalanche. Mais il n’a plus aucun souvenir des événements à partir de là: une amnésie totale qui touche 24 heures de sa vie. C’est François Bon qui lui a retracé les faits. Après l’avalanche, tous ont commencé la redescente, retrouvant des membres de l’expédition coréenne qui leur ont administré quelques soins (Antoine a eu un point de suture à la tête). Ils ont dormi au camp 2, en se plaçant sous oxygène, excepté Antoine (il n’en a pas non plus souvenir). Samedi, ils sont redescendus jusqu’au camp 1. C’est là que l’équipe s’est séparée, Antoine, certainement trop épuisé (mais sans pouvoir se l’expliquer), a refusé de continuer. Il est resté avec une tente, sans duvet, sans affaires (certainement enfouies dans l’avalanche), sans lunettes, tandis que le reste de l’expédition regagnait le camp de base.

Une nouvelle avalanche s’est alors abattue sur la cascade de glace. Dimanche, ne voyant pas revenir ses sherpas (le chemin entre le camp de base et le camp 1, à travers la cascade de glace, avait été coupé par l’avalanche), Antoine a entrepris de descendre par ses propres moyens la cascade de glace, profitant des moments où la luminosité était plus faible, le matin et en soirée, tentant de dormir tant bien que mal, en proie à des hallucinations. Et puis, c’est la délivrance: des membres de l’expédition coréenne, partis à sa recherche, mardi, à la demande de l’ambassade de France, l’ont croisé au milieu de l’Ice Fall mardi dans la matinée: il était sauvé.« 

Rapatrié en France, il subit l’amputation de ses orteils du pied droit (qui a failli y passé en entier) et 2 autres sur le pied gauche. Moindre mal, si l’on peut dire, pour un mec qui n’était plus censé redescendre de la haut.

Après maintes péripéties d’un hôpital à l’autre, il suit le Protocole de cicatrisation du Professeur Descottes, du CHU de Limoges. Ce traitement expérimental est à base de miel de thym, à appliquer sur la compresse en contact de la plaie, pour en accélérer la cicatrisation. Voir Association francophone d’apithérapie.

Au delà des plaies physiques restent de nombreuses questions quant au fait que son équipe l’ai laissé seul là haut, sans équipement vital.

Published inAventureEvènementMontagneSanté

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 038 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image