Skip to content

La dame du Luberon …

Quand vous la croisez, vous rencontrez une petite femme de caractère, droite, souriante quoiqu’au visage un peu autoritaire. Elle fut certainement une belle demoiselle, aux cheveux ébènes.

Elle esquive ma question de son parcours et de ses choix. Je comprendrais plus tard qu’elle a pris l’habitude de s’appuyer sur des moments de vécu pour illustrer son propos, de se rappeler ses élèves par leur prénom pour que leurs expériences, leurs comportements étayent son argumentation. De ses paroles s’échappent une profonde admiration pour son mari qui l’a mené sur d’autres chemins de réflexion. Elle nous rappelle, au passage, qu’il faut « soigner » l’homme !

Créer le mystère fait parti des meilleurs moyens d’acquérir une attention sans limite. Nous sommes pendu à ses lèvres car tous ses mots sont choisis et pesés, forme personnelle d’expression ou symptôme d’une longue expérience de transmission du savoir.

Le respect émane de cette personne qui a les valeurs de la terre et l’ouverture d’une riche instruction. A la distribution du bon sens, elle a été resservie.
Tout d’abord concentrée sur ce que tous attendent (le matériel), elle laisse la confiance s’installer avant d’énoncer quelques vérités, parfois dérangeantes, sur nos comportements maternels actuels.

Exigeante, elle a pour mission de transmettre l’enseignement comme elle l’a reçu de Mario, le fils de Maria Montessori.
Il n’est pas seule question du matériel. Le respect, les interdits fermes mais limités, l’observation de l’enfant, la retenue, l’activité spontanée de l’enfant doivent guider l’éducateur  dans son enseignement et dans son attitude.
Ensuite, en effet, la forme du matériel a un sens, et la présentation de celui-ci est un pilier pour guider l’enfant.
Brique après brique se construisent les fondations d’un être équilibré, heureux de faire et d’apprendre par lui-même, sans que l’adulte ait besoin de le complimenter ou l’arrête dans ses élans de connaissance et de compréhension.

Je garde ce qu’elle cite de Gandhi : « 2 heures d’enseignement par jour, le reste du temps sur les pas des parents« 

Très fine, elle a su trouver les encouragements
qui me font si souvent défaut dans ma vie d’adulte.

Published inAu fil des jours...Parentalité Positive & Pédagogie MontessoriProjet : Slow Travel en FamilleSe Definir

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 298 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image