Skip to content

Patrice Franceschi – n°33

Nous retrouvons le calvaire de la marche. Les pauses s’allongent démesurément. Nous touchons les limites de l’épuisement et de l’inanition.

Devant les obstacles, l’équipe se resserre et fait bloc contre chaque adversaire. Dans une telle épreuve, c’est la condition absolue à la sauvegarde de chacun. Il faut toujours soutenir celui qui défaille un instant ou succombe à un soudain « coup de pompe ». Il faut soigner celui qui se blesse, partager la nourriture, établir les corvées d’eau, de feu, de bois mort …

Chaque difficulté raffermit notre amitié. Mais les réactions de chacun étant différentes de ce qu’elles sont en temps normal, l’équipe aurait probablement éclaté si nous n’avions pas eu l’habitude de vivre ensemble. Il faut apprendre à supporter les petites manies du camarade, ses habitudes, ses défauts. Comprendre telle défection à une corvée pas lassitude momentanée, telle parole acerbe due à l’exaspération d’un instant.

Et puis nous avons au moins la satisfaction d’en apprendre plus sur soi-même qu’en vingt ans d’existence sédentaire ! Une énorme consolation.

Patrice Franceschi, Au Congo jusqu’au cou, 02-10-1975

Published inAventureCitationEsprit d'Aventure

One Comment

  1. bulle bulle

    c’est une belle leçon de tolérance, le nombrilisme étant écarté dans l’esprit d’équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 405 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image