Skip to content

Entreprendre – Comment passer à l’action ?

Daddy a coutume de dire :

« Si tu veux que quelque chose soit fait, demande à quelqu’un d’occupé de s’en charger. »

J’ai longtemps cru que c’était une citation de Benjamin Franklin, mais il semble que ce soit un proverbe anonyme, en cours depuis 1856.

« In conclusion, the crafter of this proverb remains anonymous. The expression was circulating by 1856. Many years later it was posthumously ascribed to Elbert Hubbard. The linkages to Lucille Ball and Benjamin Franklin are unsupported. »

If You Want Something Done, Ask a Busy Person To Do It,
quoteinvestigator.com, 30-01-2018

Et pour tout vous dire, entre l’emploi du temps de Petit Biloba (6 ans et 3 mois) encore envahissant (mais c’est un autre sujet à développer !) et mes incertitudes de me lancer, j’excèle en procrastination intelligente : faire passer en priorité des tâches qui semblent pertinentes mais qui sont loin d’être urgentes.

J’en suis à un niveau de culpabilité élevé car pendant ce temps là, l’argent ne rentre pas et Ange et moi tapons dans nos économies.

Pourtant, je pensais qu’arrivée ‘au pied du mur‘ était une source immanquable d’action …

Vous souvenez-vous de la Théorie de l’équilibre instable ?

Et bien, il faut croire que la peur et le syndrome de l’imposteur sont plus forts que la théorie.

Depuis juillet 2018, j’ai tout réorganisé : gérance de l’intérieur (courses, ménage collectif, organisation des rdv, travaux), soins personnels (corps, cosmeto, méditation, sports, écriture), relationnel familial (temps dédiés, familly meeting, sorties en amoureux), échanges externes (coup de fil avec les potes, verre avec les copines, p’tits mails inattendus), actions redondantes et exceptionnelles grâce notamment à un génial outil de planification très adulescent mais efficace :  habitica.com

Caps fut une jeune femme entreprenante, n’ayant pas froid aux yeux.

Aujourd’hui, 7 ans et demi à Lyon après une vie d’ingénieur intense, la perte de quelques potes, un enfant hors cadre de plus, une belle dépression, un nouveau master en veille stratégique, l’adieu d’une grand mère, le retour d’un frère prodigue, un beau DU en neuropsychologie, éducation et pédagogie, le soutien à un autre frère qui a fini par disparaître, une montagne d’incertitudes et beaucoup de solitude, elle assume ses choix qui ne furent pas la grande voie ouverte et facilement praticable de la plupart.

Cette voie difficile est pourtant un bel essai qui lui a permis d’éclore d’elle-même mais qu’elle n’arrive pas encore à transformer … vers une fusion entre congruence et ajustement au système.

En effet, les hauts et les bas de la vie lui ont fait rabattre ses certitudes : elle est devenue plus humble et plus éclairée mais aussi plus frileuse, moins aventureuse.

Maintenant que j’ai bien avancé ma formation en vu de ma prochaine étape professionnelle, le moment est venu de se retrousser les manches, d’amorcer une nouvelle expérience, de suivre son instinct, de mettre à profit ses compétences … de se lancer, quoi !

Or j’ai un tas de bonnes excuses pour repousser l’échéance. 😉

Et ce matin, dans mon Feedly adoré (d’ailleurs, l’une de mes plus enrichissantes procrastinations), je suis tombée sur ce plan de bataille de Leo Babauta : The Little Handbook for Getting Stuff Done

The Little Handbook for Getting Stuff Done

De quoi ne plus se retourner sur ses propres peurs.

Vous trouverez donc une humble traduction à suivre.

Au plaisir de vous lire.

************************************

Le petit manuel pour bien faire les choses
Par Leo Babauta

Il y a beaucoup à gagner à devenir bon à Faire les Choses (FLC).

Bien que je ne pense pas que la productivité et l’efficacité soient la solution à la vie, cela ne devrait pas non plus être votre seule préoccupation… Il reste tout un tas d’avantages à obtenir. Une tonne

Quelques avantages:

  • Vous commencez à accomplir plus
  • Vous commencez à plus croire en vous
  • Vous perdez moins de temps à tergiverser et à vous distraire
  • Vous devenez plus digne de confiance – quand vous dites aux gens que vous allez faire avancer les choses, ils vous croient
  • Vous devenez plus désirable, car les gens aiment engager quelqu’un qui se débrouille
  • Vous êtes moins retenu, ce qui vous permettra d’aller plus profondément dans d’autres domaines : comprendre ce qui est important, être curieux, jouer, apprendre, établir des liens profonds avec les gens, reconvertir de vieux schémas mentaux gênant, voire plus
  • Vous commencez à gagner plus
  • Vous pourrez bien fonder une start-up à succès ou créer une formidable organisation
  • Vous pourrez peut-être diffuser vos idées plus largement, en prouvant que vous êtes digne d’être écouté (parce que vous avez accompli quelque chose) et en accomplissant les tâches nécessaires pour diffuser des idées, comme écrire un livre ou un blog ou donner une conférence.

Et ainsi de suite. Vous obtenez des bénéfices.

Maintenant, vous voulez simplement savoir comment améliorer votre capacité à Faire Les Choses (FLC).

Voici le guide pour vous y aider.

Nous allons d’abord examiner ce qui se passe. Ensuite, les compétences dont vous avez besoin pour  réussir. Enfin, comment devenir bon à Faire les Choses (FLC).

Ce qui nous gêne sur le chemin de Faire Les Choses

L’exécution n’est pas difficile s’il n’y a pas d’obstacles. Tout comme parcourir de grandes distances n’est pas difficile sans la gravité ou des obstacles sur le chemin.

Voyons donc les obstacles avant d’examiner comment améliorer les compétences.

Voici les obstacles les plus courants à la résolution du problème (avec quelques recommandations):

1- L’habitude de repousser l’échéance, parce que c’est inconfortable. C’est de la procrastination – vous remettez à plus tard une tâche parce qu’elle est difficile ou que vous vous sentez dépassé ou incertain de la tâche.

La solution consiste à réduire le plus possible le début du départ, à créer des conditions qui vous rendent plus susceptible de commencer, puis à vous entraîner à recommencer jusqu’à ce que vous obteniez de bons résultats.

2- L’habitude de passer d’un tâche à l’autre. Peut-être que vous avez démarré, mais que vous zappez constamment d’une tâche à l’autre. C’est pour les mêmes raisons que la procrastination – l’inconfort et l’incertitude vous donnent envie de faire autre chose, de sorte que vous passez à une tâche plus facile ou à vos distractions préférées. Commuter, commuter, commuter conduit à un manque de concentration et à une activité constante.

Le correctif: créez des séances de mise au point au cours desquelles vous vous entraînez à rester concentré sur une tâche pendant une courte période (10 minutes, 15 minutes, etc.) jusqu’à ce que vous vous concentriez mieux, au moins pour un temps.

3- Perfectionnisme. Vous retardez de faire ou de finir les actions parce que les conditions ne sont pas parfaites ou que le travail n’est pas parfait. Par exemple, vous souhaitez créer un blog, mais vous ne pouvez pas trouver la plate-forme parfaite, le thème idéal, le planning parfait et tout le temps voulu, une liste de bonnes idées et une parfaite compréhension de la manière d’être un excellent blogueur. Bonne chance avec ça! Ou bien vous écrivez un article de blog ou un article mais ne le publiez pas car il n’est pas encore parfait (indice: vous ne faites que vivre dans l’incertitude).

Le correctif: engagez-vous à commencer imparfaitement, à commencer même si tout est en désordre, en créant ce premier brouillon merdique et en nettoyant les choses plus tard. Vous aurez peut-être besoin d’une certaine responsabilité pour vous engager.

4- Les autres gens. D’autres personnes vous frustrent, retardent les choses, rendent les choses plus compliquées, se plaignent, gâchent, sont énervantes. En vérité, il peut être difficile d’obtenir des résultats lorsque vous comptez sur d’autres personnes. Mais c’est souvent une rationalisation.

La solution: assumer l’entière responsabilité de votre rôle, devenez bon dans votre tâche, assumer un leadership plus important, en aidant toute l’équipe à réussir, en s’efforçant d’être positive et sincère avec les autres, malgré leurs lacunes.

5- Distractions et interruptions. Vous êtes attirés par des distractions et des interruptions constantes. Certains sont sous votre contrôle, d’autres ne le sont pas.

La solution: créez des sessions de focus sans distraction, au cours desquelles vous désactivez Internet ou obtenez un bloqueur de site et engagez-vous à ne vous concentrer que sur une chose pendant un court instant. Parlez aux autres des interruptions pendant cette période (dites-leur que si vous portez des écouteurs, ils ne devraient pas vous interrompre). Désactivez les notifications pendant cette période (cela peut ne durer que 20 minutes à la fois). Enfin, entraînez-vous à faire face aux interruptions (que vous ne pouvez pas contrôler) en abandonnant ce que vous faisiez, en vous tournant de manière consciente et reconnaissante envers la personne qui vous interrompt et en lui accordant toute votre attention, puis en revenant à votre tâche et en y accordant toute votre attention. encore.
Cela demande de l’entrainement.

6- Être fatigué. Vous êtes fatigué, affamé, sans énergie, frustré, seul. Ce genre de difficultés peut rendre difficile la concentration et le travail.

Solution: reconnaissez que vous vous trouvez dans l’un de ces états et faites le nécessaire pour vous recharger (une courte sieste, une marche ou une méditation peuvent vous aider). Ou effectuez des tâches qui ne nécessitent pas beaucoup d’énergie et de concentration (répondre à des courriels, effectuer des tâches administratives de routine, etc.). Si c’est un problème à long terme, réparez votre sommeil et votre alimentation.

7- Peur, incertitude, sentiment d’être dépassé et doute de soi. Au cœur de la plupart des obstacles, se trouvent ces conditions mentales – la peur et l’incertitude – qui sont vraiment la même chose.

Solution : S’habituer à rester dans la peur et l’incertitude sans avoir besoin de s’arrêter, de courir, de fuir, d’éviter, de prendre le contrôle ou de se déchainer (les réponses habituelles), est une compétence clé. Plus à ce sujet ci-dessous.

Cela peut sembler une liste accablante d’obstacles. Mais les solutions sont relativement simples et je parlerai davantage de la façon de mettre en place un programme simple pour surmonter ces obstacles pour réussir à à Faire Les Choses.Tout d’abord, examinons de plus près les compétences que vous souhaitez améliorer.

10 compétences pour s’améliorer

Avec notre liste d’obstacles, nous avons commencé à proposer des solutions… et elles concernent principalement des compétences pour lesquelles nous souhaitons nous améliorer. Voyons ceux-ci:

1- Choisir une chose importante (priorisation). Si vous vous concentrez sur des tâches importantes la plupart du temps, vous obtiendrez des résultats satisfaisants. Si vous vous concentrez sur la réalisation des tâches les plus simples mais pas sur les tâches les plus importantes, ou si vous passez d’une tâche à l’autre, vous serez moins efficace.

Il est utile de choisir une priorité, d’apprendre au fil du temps quelles tâches et quels projets ont plus de valeur pour vous que d’autres. Est-ce que répondre à cet email est plus important que d’écrire cet article? Qu’est-ce qui ferait bouger l’aiguille plus, pour votre carrière, votre équipe, votre bonheur et votre santé?

2- Commencer. La procrastination est l’un des obstacles les plus courants à la résolution des choses… donc si nous nous lançons, nous aurons vaincu un énorme obstacle. Pour commencer, le mieux est de se concentrer sur la première étape la plus petite et de commencer à s’y lancer. Quand j’ai voulu prendre l’habitude de courir, je me suis concentré à mettre mes chaussures et à sortir. Un professeur d’art que je connais demande aux étudiants de se concentrer uniquement sur la rédaction du crayon. Les professeurs de méditation disent de simplement mettre les fesses sur le coussin.

Choisissez la première étape, et lancez-vous dedans.

3- séances de focus. Zapper d’une tâche à l’autre est également très courant, c’est pourquoi j’ai trouvé un avantage considérable dans les sessions de focalisation (également appelée méthode Pomodoro par certains).

En gros, vous choisissez un intervalle court (10 minutes, 15, 20 ou 25) et vous vous entraînez à vous concentrer sur une tâche au cours de cette session, jusqu’à ce que le chronomètre s’éteigne. Ensuite, faites une pause et essayez une autre session de concentration. Je recommande juste de faire quelques séances de focalisation par jour pendant une semaine, puis de développer à partir de là.

4- Gérer la liste des tâches. Choisir un programme à faire, trouver le système idéal et gérer toutes vos tâches et tous vos projets peut être accablant. Je connais beaucoup de gens qui ne se dérangent même pas. Mais c’est une grande habileté pour rester concentré et obtenir des résultats, et cela ne doit pas forcément être écrasant. Je recommande de ne choisir qu’un simple programme à faire (depuis quelque temps, je me sers de Todoist, mais je change de temps en temps) et de ne pas trop y penser.

La vraie compétence consiste à insérer toutes vos tâches dans votre programme de tâches (dans la boîte de réception) et à ne choisir que quelques tâches sur lesquelles vous concentrer. Je recommande 3 tâches importantes et 3 tâches plus petites par jour. Votre nombre exact variera en fonction de la durée de votre travail, de la difficulté de vos tâches, de votre rapidité, etc. Une fois que vous avez sélectionné vos tâches pour la journée, il vous suffit de choisir la première et de faire une session de focalisation sur cette tâche. Plusieurs sessions de concentration peuvent être nécessaires pour effectuer une tâche.

5- Un premier projet de merde. Le perfectionnisme nous empêche de tout faire. Adoptez donc l’attitude de Shitty First Draft, sans vous soucier de la perfection, mais simplement en l’évitant. Puis revenez en arrière et révisez. N’y pensez pas trop, mais concentrez-vous sur votre travail.

6- Être dans l’incertitude. Il y aura de la peur, de l’incertitude et de la gêne dans tout votre travail, et c’est une grande habileté d’apprendre à vivre dans l’incertitude sans courir, éviter, se plaindre, se déchainer, se cacher.

La pratique est de remarquer lorsque vous êtes dans l’incertitude, lorsque vous ressentez de l’insécurité… et que vous vous arrêtez juste avec elle. Remarquez ce que vous ressentez physiquement et accueillez votre sentiment. Soyez doux avec le sentiment, même amical avec lui. Notez que vous êtes OK même lorsque vous êtes dans l’incertitude et la gêne. Soyez reconnaissant du moment présent. Aimez-le tel quel, même avec le sentiment d’insécurité. Ça demande de l’entrainement !

7- Revenir dans la belle image. C’est une chose d’être profondément concentré sur une tâche, mais c’est une autre de prendre du recul et de jeter un coup d’œil sur l’ensemble.

Je recommande de le faire au début et à la fin de chaque journée (une séance de planification matinale et une brève revue de votre journée en soirée), mais également de vérifier pendant le jour comment se passent les choses et comment vous pourriez avoir besoin d’ajuster votre plan et de vous recentrer. . Nous sommes tous distraits, interrompus, traversés par des difficultés imprévues. Et tout va bien, si nous pouvons nous recentrer au besoin.

8- Assumer l’entière responsabilité et le leadership. C’est une pratique avancée, mais assumer l’entière responsabilité signifie ne pas blâmer les autres pour les difficultés que vous avez rencontrées pour faire avancer les choses.

Reconnaître les obstacles, mais assumer la responsabilité de trouver une solution ou accepter ce qui doit être accepté, ou reconnaître votre rôle dans la dynamique que vous avez créée. Prendre le leadership, c’est prendre la responsabilité de créer une meilleure dynamique, en créant une structure si nécessaire, même si vous êtes le subordonné ou non le chef officiel de l’équipe.

9- Communiquer. Une autre compétence avancée – il s’agit de communiquer clairement et honnêtement, de sorte que tout le monde comprenne clairement les responsabilités, les limites et les conséquences du non-respect de ces responsabilités et de ces limites. Ce type de communication est un leadership et une structure qui aide tout le monde à mieux fonctionner.

10- Créer une structure. Je ne préconise pas une structure rigide et une planification excessive. Ce n’est pas propice à l’obtention de mesures concrètes, et les jours rigoureusement planifiés ne sont de toute façon qu’un fantasme.

Avoir une structure minimale est une bonne chose: comment allez-vous commencer votre journée pour pouvoir travailler sur les tâches importantes? Comment allez-vous faire vos séances de focus pour ne pas être trop distrait? Comment allez-vous passer en revue votre journée afin de tirer les leçons de ce qui s’est passé? Comment allez-vous créer la responsabilité? Quand planifiez-vous les mails et les réunions? Quelques réponses simples à ce genre de questions vous aident à créer une structure. Mais ne vous inquiétez pas pour obtenir une structure parfaite – si vous avez des critiques, vous pouvez vous adapter et améliorer la création de structure au fil du temps.

Ces 10 compétences figurant sur cette liste peuvent sembler accablante – mais vous n’êtes pas obligé de les suivre toutes en même temps. Je me concentrerais d’abord sur les quatre premiers, puis sur les autres.

Un programme simple pour devenir bon à Faire Les Choses

Tout en gardant à l’esprit ce qui précède, simplifions les choses et créons un programme en cinq étapes pour réussir à faire avancer les choses:

1- Créer une structure de pratique quotidienne.

Ayez un plan simple pour vous aider à faire avancer les choses –
1) une séance du matin pour établir les priorités;
2) quelques séances de mise au point quotidiennes;
3) méditation sur l’incertitude lorsque vous ressentez la peur, le doute, l’incertitude et la gêne; et
4) une revue à la fin de la journée pour itérer et améliorer.

Donnez ce plan à quelqu’un d’autre et engagez-vous à lui faire rapport chaque jour pendant une semaine. Ensuite, engagez-vous à les mettre à jour toutes les semaines par la suite, en leur indiquant vos succès, vos obstacles et comment vous vous adapterez à la semaine à venir.

Cette structure quotidienne associée à la responsabilité vous aidera à vous améliorer au cours des prochaines semaines.

2- Une session de la liste des tâches du matin.

Cela fait partie de la structure de votre pratique quotidienne mentionnée ci-dessus, de même que tous les éléments ci-dessous. En gros, passez juste 5 à 10 minutes à parcourir votre liste de tâches et à choisir les tâches sur lesquelles vous souhaitez vous concentrer aujourd’hui. Soyez bref, vous n’êtes donc pas tenté de le sauter. Examinez les tâches qui figurent sur votre liste et déplacez 3 tâches importantes et 3 tâches d’administration vers votre liste Aujourd’hui (ou le nombre qui vous convient le mieux).

C’est le moment de vérifier votre calendrier pour voir s’il y a des rendez-vous à prendre en compte. En gros, il s’agit d’une courte session de planification et de définition des priorités afin que vous sachiez sur quoi vous concentrer aujourd’hui.

Compétence associée: ajoutez des éléments à votre liste de tâches et à votre calendrier lorsque vous y pensez!

3- Des séances de focalisation.

Utilisez-le pour vous attaquer aux objets de votre liste Aujourd’hui.

Trois tâches importantes sur votre liste d’aujourd’hui? Choisissez d’abord le premier (ne le mettez pas de côté!) Et faites une séance de mise au point avec. Cela peut être une tâche difficile, alors ne faites que 10 à 20 minutes de la tâche, aussi petit que possible. De cette façon, vous vous entraînez à commencer et à rester concentré.

Faites une pause lorsque votre minuterie se déclenche (après 15 minutes, par exemple), marchez, étirez-vous.

Faites ensuite une autre session de concentration, terminez la tâche si vous le pouvez ou passez à la suivante si vous avez terminé la première tâche. Vous pouvez faire la même chose pour des tâches moins importantes – une session de focus pour traiter votre boîte de réception ou payer des factures, par exemple.

4- Méditation d’incertitude.

C’est un peu plus difficile à retenir, mais je crois que vous pouvez le faire si vous mettez un rappel visuel autour de vous (comme un petit mot pour vous-même)… en gros, chaque fois que vous avez envie de fermer, de tergiverser, de vous distraire, etc. … remarquez que vous ressentez de l’incertitude.

Ensuite, arrêtez-vous et faites une méditation pendant quelques instants: laissez tomber votre conscience dans votre corps, remarquez les sensations physiques de l’incertitude, ouvrez votre cœur à le ressentir, remarquez que vous allez bien au milieu de l’incertitude et restez avec elle. avec douceur et convivialité pour un peu plus longtemps.

Ce type de pratique transformera votre relation avec l’incertitude, la peur et la gêne – vous ne vous en débarrasserez pas (ce n’est pas l’objectif), mais vous entraînerez à être OK au milieu d’elles, sans avoir besoin de courir, d’éviter, fermer, contrôler, sortir ou se plaindre.

C’est énorme, et mérite un peu de pratique

5- Révision : pour itérer et améliorer.

Chaque jour, prenez 10 minutes pour analyser le déroulement de votre journée. Comment avez-vous fait avec votre structure? Avez-vous fait votre session de liste de tâches du matin? Vos sessions de focus? Votre méditation d’incertitude? Prenez quelques notes sur vos victoires, ce qui vous a gêné, comment vous pouvez vous adapter à l’avenir. Si vous avez un partenaire de responsabilité, envoyez-lui quelques lignes avec cet examen.

Faire un court bilan hebdomadaire est aussi une bonne idée.

Ces examens vous permettent de comprendre ce qui fonctionne pour vous et quels schémas vous gênent, et de vous ajuster de sorte que vous vous amélioriez constamment au fil du temps.

Pour aller plus loin : Au fil du temps, les séances de discussion, la méditation sur l’incertitude et d’autres structures deviendront plus faciles. Ensuite, essayez d’exercer certaines des compétences mentionnées ci-dessus, telles que l’adoption de la première ébauche du projet imparfait, la pleine responsabilité, le travail et la communication ouverte avec les autres, l’amélioration de votre structure si nécessaire.

D’ACCORD! Ce petit manuel, s’il est mis en pratique, vous mènera à un meilleur chemin pour vous améliorer à Faire les Choses. Mais vous devez le mettre en pratique. Trouvez un partenaire responsable afin de ne pas négliger la pratique.

Passer à l’action. Profitez du processus. Soyez attentif au milieu du chaos de votre journée. Et n’oubliez pas d’apprécier le miracle du jour qui vous a été donné.

 



Published inAu fil des jours...Eprouver l'idée

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 316 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image