Skip to content

Le photographe de la Fleur de Minuit susurre à mon oreille …

L’espoir est revenu mais la convalescence n’en est qu’à ses débuts.

Ce violent et soudain tsunami m’a fait comprendre l’urgence de me recentrer, de cesser d’attendre et de prendre des décisions pour moi-même.

Je n’imaginais pas, à ce point, flirter avec le sentiment d’échec. En cela, je comprends mieux, la pseudo notion « Borderline ». Mais cet état est loin d’être dévastateur, il est au contraire bien moteur et constructif.

Puisque la vie professionnelle équilibrée par la famille, le parapente, quelques fantaisies et un peu de voile ne me remplissent plus, la réflexion vers une meilleure adéquation est amorcée.

A court terme, il s’agit de penser à un nouveau projet ponctuel, qui me mènerait à une fierté d’accomplissement personnel, en attendant de voir plus grand.

Puisque j’ai déjà fait quelque chose de la sorte dans le passé, j’en suis donc capable !

A force de viser un objectif lointain, je me perds dans des hypothèses d’actions inatteignables, pour tout un tas de raisons. Profiter du confort, mettre de l’argent de coté (même pour un futur tour du monde, peu importe le mode), égayer les we n’est plus suffisant et l’inertie me fait dépérir.

Finalement mes efforts pour m’insérer dans une vie normalisée ont payé, mais cette vie là ne semble pas faite pour moi, pas encore.

C’est un peu « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

Quelles parenthèses à suivre m’aideraient à tracer ma voie ?
Commencer par un challenge physique pour dépasser la réflexion, tel un raid, un treck, une traversée, un cross à plusieurs mètres du sol ou bien une action portant un sens plus profond, plus altruiste, tel un Congé International de Solidarité pour Planète Urgence, voire un vrai Volontariat pour la Guilde Européenne du Raid ?

Une telle démarche est facilement envisageable quand on est seule, mais …
Pendant 4 ans, au nom du couple, de la concordance, j’ai distancé ces aspirations qui me rattrapent aujourd’hui. Mais je n’en admire pas moins la compréhension d’un homme plus posé, ayant cependant lui-même quelques objectifs à atteindre.

Alors que nous avons réussi à alléger, au quotidien, la notion d’entrave qui me faisait tant peur avec un enfant, c’est dans un cas plus extrême (de ce genre) que j’en ressens le poids.

La culpabilité de céder à l’égoïsme guète et il est important que la conclusion retenue soit entièrement satisfaisante pour Petit Ginkgo.

On vient de dépasser le maternage …

Le tout à caser dans un certain calendrier, car mine de rien il y a un projet pro à mener à terme, avant de m’éclipser.

… Qui peut dire que je ne suis pas raisonnable ?

Published inAdversitéAu fil des jours...Autour du MondeEtat d'AmeLe ClanMaternageMaternitéNew LifeSe Definir

2 Comments

  1. bulle bulle

    la décision prise n’était pas « caprice d’un jour » et peut maintenant porter ses fruits pour
    trouver l’épanouissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 298 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image