Skip to content

Barcelonnette … jusqu’au XIX ème siècle.

Ubaye, ce nom évoque d’abord un torrent. La vallée qu’il a creusé traverse les Alpes, d’ouest en est sur 80 km, de sa confluence avec la Durance (lac de Serre-Ponçon) à la frontière italienne.

A 1135 m d’altitude, au pied des stations de sports d’hiver, la ville de Barcelonnette est à bien des titres la Capitale de la Vallée de l’Ubaye.

La cité s’appelle Rigomagensium sous l’Empire romain, et est la capitale d’une civitas (subdivision de province) (1).

Barcelonnette est fondée en 1231, par Raymond Béranger IV, comte de Provence.
Selon Charles Rostaing, l’acte de fondation de la ville, et qui accorde des privilèges à la cité, est un ordre de reconstruction d’une ville détruite, Barcelone, mentionnée dès 1200 (villa Barcilona), et dont le nom serait formé de deux racines oronymiques (désignant une montagne) *BAR, et *CIN.
Selon Ernest Nègre, le nom est un diminutif de Barcelone de Catalogne (Espagne), en souvenir des origines du conte de Provence, également conte de Barcelone. (2)(3)

La partie dextre du blason rappelle la maison de Barcelone. La partie senestre évoque saint Pierre, patron de l’église.

Remarquable par son plan en damier hérité du moyen-âge (1190-1231), dont la régularité évoque l’urbanisme des bastides du sud de la France, la ville offre la particularité de se développer non pas autour d’une place mais de part et d’autre de l’axe principal de communication : l’axe France-Italie (route nationale n°100). Il ne reste rien de l’enceinte de remparts flanquée de 22 tours et percée de 4 portes qui protégeaient la ville jusqu’aux guerres de religion (16e siècle).(4)

Située sur des axes stratégiques (Nice/Grenoble, Marseille/Turin, Nice/Thonon, par la route des Alpes), Barcelonnette, comme sa vallée, s’administrèrent librement pendant des siècles, tantôt rattachées à la Provence, tantôt à la Maison de Savoie.  Durant toutes ces années les guerres (guerre de Cent Ans, guerres de Religion, guerre de Succession d’Autriche) ne les épargnèrent pas.(5)

En 1592, le duc de Lesdiguières détruisit le couvent des dominicains (reconstruit par la suite, il sera rasé sous la Révolution) et renversa les remparts qui ne furent jamais relevés.(5)

Dès 1614 et jusqu’en 1713, Barcelonette est le siège de l’une des quatre préfectures du ressort du Sénat de Nice. (6) La ville fut totalement incendiée en 1628. (5)

Barcelonnette et la haute vallée de l’Ubaye furent définitivement française, en échange d’une partie du Dauphiné qui passait à la Savoie, lors des traités d’Utrecht (1713). Cet échange se fit grâce à l’instance du Maréchal de Berwick auprès de Louis XIV. Cet homme d’armes, après avoir combattu dans les Alpes, avait compris tout l’intérêt stratégique de la vallée de Barcelonnette. Dès qu’ils furent français, les habitants de la vallée demandèrent à être rattachés au Parlement de Provence. (10)

La ville est ensuite le siège d’une viguerie jusqu’à la Révolution. (7)

À la veille de la Révolution, la ville compte une loge maçonnique. En mars 1789, des émeutes dues à la crise frumentaire ont lieu (8). L’agitation perdure dans la vallée, peu favorable à la Révolution : une nouvelle révolte éclate le 14 juin 1791, et la disette se déclare en avril 1792. La société patriotique de la commune fait partie des 21 premières créées dans les Basses-Alpes, au printemps 1792, par les envoyés de l’administration départementale. Environ un tiers de la population masculine la fréquente (9). L’agitation connaît un nouvel épisode violent en août 92.

A suivre …

*****************
(1) ↑ Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, 1986, 559 p, p 15
(2) ↑ Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 91
(3) Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Collection Publications romanes et françaises, volume CVCIII. Volume III : Formations dialectales (suite) ; formations françaises § 30208
(4) http://www.barcelonnette.net/fr/il4-1_p4-histoire-et-patrimoine.aspx
(5) http://www.azteca-hotel.fr/histoire.html
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Barcelonnette
(7) La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 107
(8) Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année.
(9) Alphand
(10) http://www.revemexicain.com/barcelonnettes_mexique.php

Published inHistoire

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 298 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image