Skip to content

Solitudine

Voler en bord de mer est sujet à un équilibre difficile à trouver.
Pour le soaring, il faut que le vent soit suffisamment fort pour pouvoir rester en l’air et jouer avec le vent dynamique le long du relief. A contrario, si le vent est trop fort, avec peu de technique les décollages sont dangereux et les atterrissages au sommet méritent grande précision.

Par contre le paysage est à couper le souffle et l’on peut jouer avec la géographie du terrain. Il y a une fenêtre d’exploitation à trouver, propre à chacun, en attendant de progresser.

Tout bien refléchi, ma conception du parapente est tout de même assez individuelle. Certes le treuil est une excellente alternative en plaine, mais les vols qui y sont liés m’ennuient. A part faire des figures, pas grand chose à exploiter si l’on ne fait pas de cross. Soit les ascendances sont microscopiques, soit ça monte partout et c’est galère pour redescendre.

Published inAu fil des jours...Parapente

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 306 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image