Skip to content

Transmettre ma source d’énergie !

A chaque fois que je passe derrière cette porte, l’odeur caractéristique des combinaisons ‘néoprène’ emplit mes narines et me transporte là où le vent souffle, là où la mer roule.

Décidément du mal à me résoudre à les stocker
pour la rentrée, cette année.

Chaque fois que je remets le pied sur l’eau, je redécouvre que la mer, la voile, la glisse font partie intégrante de mon ADN.

Lorsque je pratique, un bien-être profond m’emplie. Me sentant à ma juste place, je vis au présent et efface tout le reste.

Et pourtant à la fin de la phase (plus ou moins longue), je continue à nier cette part essentielle de mon être. Je rentre dans les terres et range tout le matériel qui a rapport à la voile, au surf, à la croisière, au kite.

Le croyez-vous ? Je m’obstine à ce scenario depuis bientôt 28 ans ?

Le pire, c’est que je pensais toujours avoir d’excellentes raisons : faire passer les études avant les régates, on ne vit pas d’une passion sans l’abimer, fuir certaines personnes, croire que je ne fais pas partie du sérail, penser que je ne suis pas à la hauteur, imaginer que tout ça n’est qu’un loisir conformément à la vision conventionnelle.

Mais depuis quelques années, quelque chose a changé :

Je partage sur l’eau des moments exaltants avec un fils (12 ans) et maintenant le deuxième (7 ans).

Chaque année, je sens le virus s’implanter en eux un peu plus profondément.

Ils feront de leurs nouvelles compétences ce qu’ils voudront. Peu m’importe.

J’aurais au moins transmis un sésame vers le développement personnel et l’accomplissement de soi, vers le lien social et les relations fortes, vers la persévérance, vers l’humilité, vers le goût de l’effort, vers le partage, vers la joie, vers …

Simplement, ces moments de complicité avec mes fils, de partage d’expérience dans les deux sens, d’équilibre entre le corps, le mental et l’esprit sont précieux à mes yeux.

La mer ne triche jamais. C’est une école de la vie exigeante mais fantastique. De quoi économiser de précieuses années à tâtonner.

Transmettre cet environnement, ces valeurs, cette passion est pour moi un accomplissement en soi.

J’ai de la gratitude pour la chance que nous avons de vivre ces moments.

Mes parents, qui bien qu’ils ne connaissaient pas le milieu des cercles nautiques m’ont offert la possibilité d’y entrer, m’accompagnent mentalement à chaque fois.

Aujourd’hui, je reconsidère sérieusement mon lieu de vie ou mon rythme de vie en prenant en compte cette part de moi qui a tant hiberné.

J’ai confiance en la vie.

Published inAu fil des jours...EnfanceVoile

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 298 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image