Skip to content

Qu’est ce que le luxe ?

Le temps et l’espace !

Assise dans mes 2m², j’observe le monde. Je me surprends à rêver à de vastes étendues sauvages. Entre Argentine et Chili, la Patagonie se dessine.

cordillere-du-vent

Me revient en mémoire une conversation avec un ubayen de souche expatrié, de retour pour quelques semaines dans sa vallée d’origine. Je ne suis que spectatrice de cet échange entre ce colosse rembourré et le svelte patron de l’école de parapente. Un point de chute pour le TBM …
Il décrit sa patrie d’adoption comme un lieu où les hommes peuvent encore vivre à leur guise. Les règles existent, certes, mais elles n’étranglent pas dans l’œuf toute initiative. Du reste, l’espace fournit la liberté car le voisin est à plusieurs dizaines, centaines de kilomètres.

Les Meffre parlent aussi de cette contrée qui commence à devenir un interêt pour moi. Manifestement, ils y ont trouvé beauté, tranquillité, nature … et une nouvelle famille.

Dans « Echappées Belles« , un migrant français raconte sa métamorphose en Gaucho.

Des échos de partout !

Décidément l’immensité se rappelle à moi…
Voilà bientôt 7 ans que je suis revenue d’autres lieux d’immensité, l’Australie. Et maintenant, que j’ai gouté à la vie active, que j’ai commencé une famille, d’autres horizons reviennent à mon esprit. Cependant, voyager pour moi, ne se résume pas à une semaine de Tour Operator au pas de charge, de sites touristiques en boutiques baise-couillon. Pour moi, il est nécessaire de voyager par ses propres moyens pour croiser la vie des gens, pour prendre le temps de discuter avec eux, pour s’arrêter admirer un paysage.

Et là-bas, ils ont l’espace. Rien à voir avec le micro-carré de verdure alloué à chaque petit locataire de sa banque, entassé dans son lotissement tout neuf.
L’espace est une richesse… Dis-je, alors que j’habite un clapier !

Quand nous cherchions du travail, nous avions du temps … C’est la première fois que j’ai gouté à ce luxe. Mais nous n’avions pas d’argent pour vraiment en profiter. Une fois que l’on rentre dans la société, l’argent n’est plus tout à fait la question. Mais, c’est alors que l’on manque de temps pour profiter de ce que l’on gagne … Le paradoxe de la société de consommation.
Le temps est une richesse… Dis-je, avec mes 5 semaines de congés payés !

Il y a forcément une demi-mesure. Et pour ce type de voyage en Patagonie, je n’aurais aucun scrupule à poser un congé sans solde.

Vivre des aventures maintenant, sachant que l’on peut mourir demain ou se serrer la ceinture pour larguer les amarres par la suite. Comme toujours, la réponse est dans le juste milieu !

A mon sens, la richesse n’est pas liée à l’argent, mais au vécu.
Il en faut cependant pour être suffisamment libre et offrir, à nos enfants, la possibilité de décider de leur vie, comme nous le faisons …

Published inAir du TempsAutour du MondeProjet : Slow Travel en FamilleVoyages

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 5 298 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image